Comité Exterior de Soutien au Conseil Indien dAmérique du Sud
Comité de Exterior de apoyo al Consejo Indio de Sud América
CEA-CISA


ESPAÑOL

Le futur se construit ensemble

Le Comité Exterior de Soutien au Conseil Indien dAmérique du Sud CEA-CISA: a été fondé en Europe pour
accompagner et soutenir laction des peuples indiens dAmérique du Sud, tant dans la revendication de leurs
droits et la reconquête de leurs racines historiques, culturelles, sociales et politiques, que dans la
reconstruction de leurs nations sur la base de principes idéologiques qui émanent de leur propre expérience
millénaire et de leur vécu au quotidien. Le CEA-CISA est une organisation qui soutient la reconstruction des
nations des peuples indiens dAmérique du Sud. Il fait appliquer les résolutions du congrès fondateur du CISA
de Ollantaytambo. Il a agi durant toutes ces années de façon à assurer une représentation internationale. Il est
le principal porte-parole des indiens en faisant connaître leurs actions et en les soutenant dans les moments
difficiles.

Le Conseil des Indiens dAmérique du Sud CISA a été créé lors du Premier Congrès des Mouvements Indiens
à Ollantaytambo (Cuzco-Pérou) en mars 1980. Pendant cette année 1980, plusieurs organisations indiennes
de diverses régions dAmérique du Sud tentaient de reprendre en main leur destin politique et social. Elles se
sont réunies pour unifier leur lutte à un niveau continental. Leur objectif a été de reconstruire leurs nations en
accord avec leurs principes philosophiques et idéologiques qui ressortent de leur histoire, ainsi que de
revendiquer leurs droits actuellement transgressés.

Les participants au congrès de Ollantaytambo connaissaient déjà toutes les solutions proposées et appliquées
par les idéologues et politiciens créoles que létat leur impose sur leurs territoires, ils étaient témoins de l'échec
de ces solutions. Ils savent que cette politique a décimé les peuples indiens. Elle a empiré leur pauvreté et les
a aliénés en leur faisant perdre le contrôle de la situation. Lors de ce congrès, diverses résolutions ont été
prises en vue de reconstruire ces nations indiennes asservies durant des centaines dannées. Cest alors quils
ont décidé de dénoncer la servitude idéologique dont ils étaient victimes, celle-là même que les partis
politiques encourageaient, ainsi que les différentes églises qui cherchaient à simposer sur les militants indiens
dans le but de maintenir leur peuple en léthargie pour mieux les manipuler.

Le congrès de Ollantaytambo correspond pour sa part, au début de la prise de conscience, à niveau
international, des mouvements indiens et indigènes dans le monde. Car jusquà la fin des années 70 chaque
mouvement indien avait lutté isolément contre le colonialisme de l'état qui sétait imposé sur leur territoire, alors
que lon sentendait au niveau international pour les dominer un à un. Cest alors que les congrès indiens ont été
considérés à leur juste valeur et ont ouvert le chemin à la concertation. (Le manifeste de Tiwanaku-Bolivie,
1973). Le parlement amérindien de la partie Sud (San-Bernardino-Paraguay du 8-14/10/1974). Le congrès
indien de (Port Alberni Canada, 1975). Cest là quest né le Conseil Mondial des Peuples Indigènes-CMPI et où
il a été décidé de la répartition en trois conseils régionaux du continent américain : Amérique du Nord,
Amérique Centrale et Amérique du Sud.

La seconde assemblée générale du Conseil Mondial des Peuples Indigènes a eu lieu à Kiruna en Suède, du
24-27/08/1977. La Conférence Internationale des organisations non-gouvernementales sur la discrimination
des populations indigènes en Amérique, sest déroulée au Palais des Nations Unies à Genève (Suisse) du
20-23/09/ 1977. Depuis lors la voix indigène continue à être écoutée à lONU. Il y a eu également dautres
rencontres qui ont été réalisées avec les peuples indiens sur tout le continent américain et avec des indigènes
dautres continents.

Le Congrès de Ollantaytambo a dénoncé le fait que durant la lutte des indiens pour leur libération sur le plan
national, on ait utilisé non seulement les forces armées de l'état dominant pour les faire taire, mais également
la collaboration des Etats voisins, de certaines institutions internationales de type politique ou financier et
déglises à caractère cuménique pour mettre en place une répression qui existe encore de nos jours. Pour ces
raisons, il était nécessaire davoir une voix et une représentation indienne auprès des Nations Unies, ainsi
quauprès de différents organismes internationaux. Ceci dans le but de rester en contact direct avec les autres
peuples opprimés à travers le monde et davoir ainsi un soutien extérieur. Ce chemin, les indiens ont été
obligés de le suivre pour renforcer leur résistance à lintérieur et imposer leur représentativité à lextérieur. (Le
Comité Exterio), a fait de cette mission son activité principale.

Le chemin parcouru:

Le chemin parcouru par les peuples indiens dAmérique du Sud pendant ces années a été plein
denseignements. Ils ont la preuve que leurs ennemis ne savouent pas vaincu. Non contents de chercher à les
dominer par la persécution et lassassinat de leurs dirigeants, ils utilisent la simulation, le mimétisme, le
camouflage de créoles en indiens, la corruption dindiens avides de richesse et de pouvoir. Ces dernières
années, les gouvernements concernés et les églises ont créé un bon nombre dONG ou s'y sont infiltrés. Ils ont
su en tirer profit en utilisant ces ONG pour organiser ou financer des groupes de créoles mélangés à quelques
indiens corrompus. Grâce au nombre dindividus ils ont soutiré des territoires, de largent qui sert à de puissants
créoles, à des organismes religieux ou encore à des multinationales. Tout cela dans le but de faire disparaître
ces peuples indiens, de les laisser dans le dénuement le plus total et de les convertir en pieux chrétiens
dépendants de la charité dautrui et les obligeant à émigrer dans les centres urbains des métropoles.

Le CISA est dailleurs la seule organisation, créée dans les années 70-80, qui existe encore aujourdhui. Les
autres ont été détruites par un courant mondial de libéralisme religieux. Ce courant a deux tentacules : une qui
aurait une apparence gauchiste. Elle sest emparée de la représentativité indigène en prenant possession du
CMPI et en le faisant disparaître. De même avec le Conseil Régional Centre Américain (CORPI) quils ont
remplacé par dautres organismes soi-disant indigènes, mais en fait composé de dirigeants nommés par les
prêtres ou par les responsables de l'état qui soccupent de la question des indigènes et des paysans. Lautre
tentacule est un courant mondial religio-libéral de droite, courant qui a soutenu toutes les dictatures qui ont
massacré les peuples indigènes. Ces personnes ont déjà créé une bureaucratie dapparence indigène à un
niveau international. Elles essayent daccaparer les droits et lidentité indienne auprès de lONU et de lOEA afin
que disparaissent légalement les nations indiennes du droit international. Le CEA-CISA sest donné comme
autre objectif dempêcher cette coalition.

La situation actuelle:

Les peuples indiens se défendent sans aucune aide financière internationale. L'état ne veut évidemment pas
aider ceux qui lui réclament territoires et liberté. Tout comme une grande partie dONG, composée de partis à
caractère colonisateur ou de membres déglises cuméniques discriminatoires, qui nacceptent pas de donner
une indépendance politico-culturelle opposées à leurs fondements hiérarchiques et discriminants. Bien au
contraire, tout largent qui devrait être utilisé pour laide aux peuples indigènes est détourné au profit dun courant
mondial religieux, ceci de deux façons : la gauche qui dit les aider, les libérer et la droite qui se dit caritative.
Les deux côtés emploient cet argent à leur avantage afin de corrompre et de diviser les peuples indigènes.
Ces deux tendances, qui ont le même objectif, accaparent le pouvoir au sein de la communauté indienne. Au
nom de lunité, tout indien qui naccepte pas cette domination est persécuté et on détruit ce qui reste de
traditionnel. Les partis usent de leur pouvoir pour neutraliser et contrôler toute mobilisation indigène à tendance
indépendantiste. Par contre, ils appuient les coups détat militaires et utilisent les indigènes comme des
marionnettes dans leur campagne politique pour acquérir plus de pouvoir à gauche comme à droite. Ils
réussissent à soudoyer quelques indiens en leur proposant des postes de vice-présidence, de député, de
maire et autres. Ils sont les seuls à en tirer bénéfice, mais pour les autres la situation sempire toujours. Ils
cherchent à créer des foyers de guerilla afin que la guerre et les massacres fasse disparaître les nations
indigènes. Ainsi, ils pourront sapproprier les territoires vides au profit de multinationales, et de personnes
partageant leur opinion. Pour tout opposant indigène à leur idéologie, il existe toujours la possibilité de
laccident de la route pour lenvoyer au paradis...

Pour toutes ces raisons, et tant que le cours de lhistoire ne change pas en leur faveur, car pour linstant il ne
favorise que les églises, les multinationales et les Etats dominants dévastateurs, le CISA et les peuples
indigènes non-asservis se défendent en essayant de retrouver la sagesse des coutumes ancestrales, en se
finançant par leurs propres moyens pour se battre jusquà ce quenfin tous les peuples opprimés du monde
trouvent le chemin de la libération.

Ce que nous proposons:

- Soutenir combat pour la libre détermination des peules indigènes et pour faire reconnaître par l'ONU que ces
peuples ont droit à un Etat.

- Lutte pour que les instances internationales fassent reconnaître par les Etats qui les dominent l'inviolabilité des territoires indigènes.

- Appuie le développement des peuples indiens à partir de leurs propres structures sociales, cultures et langues.

- Réaffirme que les peuples indigènes sont des peuples à l'égal des tous les autres peuples du monde, comme
l'a affirmé le Congrès d' Ollantaytambo de 1980 en dénonçant la convention 107 de l'OIT qui promouvait
l'intégration de l'indigène à son Etat dominant.

- Rappelle que le CISA s'est fortement impliqué dans les discussions de l'OIT de 1986 à 1989; que le CISA et
les autres organisations indigènes, avec l'aide efficace des représentants des travailleurs suisses, ont fait
remplacer la Convention 107 par la Convention 169 qui reconnaît aux peuples indigènes le caractère de
peuples.

- Milite pour l'application de cette Convention et la création d'autres accords normatifs identiques au sein de
l'ONU.

            On reprend le Manifeste de Tiwanaku de 1973: "Non aux paternalismes qui ne réussissent qu'à nous
désorienter (nous l'avons vu au travers de notre histoire indienne), à maintenir le système et à détruire nos
organisations!" (Tiwanaku, Kollasuyu, 20/10/ 973).


                    principal.GIF (1849 Byte)                                                                   arriba.GIF (1197 Byte)